Livraison offerte des 79 € (France metropolitaine) | -10% premiere commande
Free delivery from 79 € purchase (Metropolitan France) -10% off your first order

L’œil épissé bloqué sur simple tresse : quand l’utiliser ?

L’œil épissé bloqué sur simple tresse, souvent appelé « épissure bloquée », « néo-zélandaise » ou « de Brumel » est un montage très courant apprécié par les mateloteurs de tous poils (et même les chauves). C’est en effet une alternative intéressante à la technique classique de l’œil épissé sur simple tresse. Sa particularité ? En plus de l’effet de friction, un blocage mécanique assure la tenue de l’épissure. Il est plus facile et plus rapide de réaliser un œil épissé avec cette technique. Mais l’œil épissé bloqué doit être réservé aux charges modérées ou pour les transfilages car les demi-clés verrouillent l’épissure.

Précision : la longueur de l’épissure est égale, au minimum, à 50 fois le diamètre de l’âme.
 
Pour en savoir plus sur ce matelotage (applications, matériaux adaptés, indications de longueur/diamètre, conseils… ), procurez-vous le guide complet Matelotage moderne & nœuds marins !

 

P

Une alternative intéressante à l’œil épissé sur simple tresse

P

Un matelotage facile et rapide à réaliser

O

A réserver aux charges modérées et aux transfilages

Œil épissé bloqué sur un point fixe : l’astuce « magique »

Au lieu de réaliser l’œil épissé bloqué comme expliqué précédemment, postulons que le cordage est déjà attaché à une cadène. Il faut alors réaliser l’épissure avec la contrainte d’un point fixe. Dans le tutoriel qui suit, vous allez assister à un véritable tour de prestidigitation (merci pour les postillons) !

Vous êtes très nombreux à suivre nos tutoriels de matelotage sur notre blog. Vous êtes également très nombreux à nous solliciter pour des questions techniques sur les matériaux, les structures des cordages, les accroches textiles etc. Bonne nouvelle ! Toutes les réponses à vos questions se trouvent dans le guide Matelotage moderne & nœuds marins, publié en partenariat avec Voile Magazine.