GUIDE D’ACHAT

Haubans textiles : l’apanage des régatiers ?

Vous êtes de plus en plus nombreux, coureurs mais aussi plaisanciers, à nous poser des questions sur les gréements dormants textiles. Quelles sont les différentes technologies pour fabriquer un câble textile ? Quelles sont les matériaux utilisés ? Quels sont les avantages et les inconvénients de tel procédé ou de telle fibre ? Pour quels bateaux et quels programmes est-il intéressant d’avoir un gréement dormant textile ? Qu’impose un gréement dormant textile en matière d’installation, de réglage, d’entretien, de durée de vie, d’assurance ? Nous vous répondons point par point !

 

L’enroulement filamentaire et l’UD pultrudé sont deux technologies très confidentielles dans l’univers de la plaisance. L’avenir se situe plutôt du côté des câbles textiles tressés. Associé au Dyneema ®, le tressage permet d’avoir un gréement dormant textile performant, durable et plus abordable que l’enroulement filamentaire ou l’UD pultrudé. Et les plaisanciers cherchant à optimiser leur bateau pour grappiller des dixièmes de nœuds sont légion. Quand on a déjà une carène lisse comme une peau de bébé, un jeu de voiles au top, de l’électronique dernier cri, un gréement cou-rant et de l’accastillage aux petits oignons, il n’y a plus qu’à changer le gréement dormant pour mettre un bon coup de turbo !

 

  • De l’inox au Dyneema ® : quel gain de performance ?

Pourquoi passer d’un gréement dormant classique en inox à des haubans en tresse Dyneema ® ? Pour gagner un poids considérable dans les hauts ce qui réduit la gîte, le tangage et le marsouinage (mouvement d’avant en arrière). Le gain de performance (vitesse et comportement du voilier) est indéniable. Indéniable, considérable, incroyable… On pourrait encore vous servir quelques « able » mais vous réclamez : DES CHIFFRES ! Allons-y : sur un 54 pieds équipé d’un mât à trois étages de barres de flèche, le remplacement des câbles en inox par des tresses en Dyneema ® a divisé par dix le poids du gréement latéral (14 kg contre 140 kg) ! De manière générale, un gréement dormant textile en Dyneema ® est huit à dix fois plus léger qu’un gréement inox.

  • Les contraintes d’un gréement dormant textile

                                    Géométrie du gréement

Face à notre enthousiasme débordant et communicatif, vous avez déjà attrapé la pince coupe-hauban. Mais réfléchissez avant de passer à l’acte ! Équiper son bateau d’un gréement dormant textile n’est pas anodin et n’est pas toujours possible. Les bateaux dont le gréement est très fractionné ne sont pas éligibles. La pose de haubans textiles est alors trop complexe à cause des contraintes de réglages. Dans les paragraphes qui suivent, nous passons en revue les contraintes impliquées par l’installation de câbles textiles en tresse Dyneema ®, solution aujourd’hui la plus adaptée à la croisière.

 

                                    Budget

Le budget est très variable et dépend de la géométrie du gréement. Un gréement continu, c’est moins de longueur de câble et moins de réglages donc une économie de 30% sur la main d’œuvre (mais cette solution est difficilement applicable à certaines constructions de type pultrudé ou tressé). Avec deux grands haubans ouverts, les grands multicoques de croisière sont les mieux lotis car la fabrication et l’installation sont très simples. Mais ne vous attendez pas à des miracles. Même dans la configuration la plus basique, les câbles textiles en tresse Dyneema ® sont toujours plus chers que les haubans en inox.

 

                                    Devis

Le passage d’un gréement dormant en inox à un gréement dormant textile implique plusieurs adaptations (points d’ancrage sur le mât, terminaisons de câble, enrouleur de voile d’avant). Pour fournir un devis précis, les gréeurs d’Ino-Rope ont besoin d’un état des lieux technique complet du gréement : longueurs de câbles, type de câble (monotoron, ROD), références des pièces d’accastillage du mât ou, à défaut, des photos explicites. Vous allez également devoir faire un choix concernant le remplacement de l’enrouleur. La plupart des enrouleurs du marché sont adaptés à un certain diamètre et ne peuvent pas pour tourner autour d’un câble textile. Soit vous optez pour une voile endraillée (solution plus contraignante pour les manœuvres mais économique), soit vous équipez le bateau d’un emmagasineur structurel  monté sur un câble antigiratoire (solution plus confortable mais plus coûteuse). Dans ce dernier cas, il faut savoir qu’un câble anti-giratoire coûte environ cinq fois le prix d’un étai en inox.

 

                                    Réglage

Après l’installation des câbles textiles, il faut compter trois à quatre navigations pour que les tresses en Dyneema ® se stabilisent et atteignent leur longueur définitive. A l’issue de ce rodage, les haubans doivent être retendus. Sur ce point, rien de différent comparé aux câbles en inox que l’on remet également en tension après les premiers milles.

 

                                    Précautions

Un gréement dormant textile requiert plus d’attention qu’un gréement dormant classique, dans la mesure où les fibres textiles sont plus sensibles au ragage que le métal. Etre attentif ne veut pas dire sombrer dans la paranoïa ! Les tresses sont gainées donc protégées au niveau des zones de ragage et le Dyneema ® est une fibre très résistante à l’abrasion.

 

                                    Entretien

Suite à l’installation, nous préconisons un contrôle visuel régulier au niveau des points sensibles pour s’assurer que le gréement « travaille bien ». Passée cette première phase de contrôle, il est ensuite conseillé de monter au mât une fois par an (un rituel également valable pour des câbles en inox). Au bout de quatre ans, nous vous conseillons de démonter les haubans pour qu’un technicien d’Ino-Rope vérifie l’état des fibres en atelier. Si rien n’est à signaler, le gréement « repart » pour quatre ans. Le démontage et le remontage du gréement est un paramètre à prendre en compte dans votre budget !

 

                                    Durée de vie, assurance

Et au bout de huit ans ? Si les câbles sont toujours en bon état après un second contrôle en atelier, il est possible qu’ils soient toujours fiables. Mais aujourd’hui, nous manquons de recul sur la durée de vie des gréements dormants en tresse Dyneema ® pour nous engager au-delà de cette période, sachant par ailleurs que la vitesse d’usure des câbles peut varier en fonction de l’environnement (sel, sable, poussière). Pour finir, répondons à une question qui tarabuste nombre d’entre vous. Un gréement dormant textile est-il assuré ? OUI ! A partir du moment où celui-ci est fabriqué et installé fait par un professionnel couvert par une responsabilité civile adaptée à son activité.

Aucun produit